Histoire de la Porte

/Histoire de la Porte
Histoire de la Porte 2018-03-01T11:30:44+00:00

Histoire

Exemple d’une porte en bois provenant de Yerevan en Arménie

La porte d’accès à un édifice, la porte dans un bâtiment, est définie selon des conceptions philosophico-religieuses ou anthropomorphiques ou esthétiques ou enfin rationnelles qui en font un objet architectural particulier.
Quelques exemples : Dans certaines architectures religieuses la porte principale est orientée vers un point cardinal. Les églises, les cathédrales gothiques, ont ainsi une porte tournée à l’ouest (suivant le Westwerk). Dans l’architecture orientale, la porte qui symbolise l’accès à l’édifice peut être disposée de façon à laisser pénétrer des flux telluriques, selon la prévoyance du concepteur et cette porte peut à la réalisation être mise dans un léger biais par rapport à la façadepour correspondre aux flux ressentis. Dans des compositions d’architecture classique où on utilise la symétrie de façon impérative, de fausses portes (qui ne s’ouvrent pas) sont réalisées dans des galeries d’édifice. Et enfin la porte la plus remarquable actuellement par sa taille est celle qui permet le passage des fusées hors du hangar d’assemblage de Cap Kennedy, États-Unis.

La porte était et reste souvent un élément d’apparat qui a justifié dans certains pays un Impôt sur les portes et fenêtres. « Huis » est le nom tombé en désuétude pour la porte, le « huis clos » ou porte fermée, est le souci de ne pas transmettre d’informations lors des jugements et des affaires politiques. Les « portes ouvertes » montrent le souci de transparence de la communication d’informations des organisations, Louis XIV l’avait par exemple mis en place avec l’accès du palais de Versailles qui était permis à tout le monde se présentant avec une tenue jugée correcte.

Des « ouvertures » et « fermetures » équipent les habitats préhistoriques pour que les hommes se protègent des intempéries et des prédateurs, les fouilles archéologiques mettant en évidence des fosses à gauche et à droite de ces « issues » et qui contiennent des os, déchets d’alimentation.

Durant l’Antiquité, les peintures des tombes égyptiennes montrent des portes en bois pour les édifices importants (avec leur symbolique associée comme le décrit le Livre des Portes), mais les maisons ordinaires, en raison du climat sec et de la rareté du bois, ont juste une ouverture fermée par une natte ou une toile. La porte d’Ishtar donne un aperçu de l’architecture babylonienne. La Grèce antique voit le développement des portiques en saillie devant la façade des bâtiments. L’arc de triomphe romain, en l’honneur d’un personnage distingué ou en mémoire de quelques événements glorieux, est généralement placé à la porte d’une ville.

Le terme de porte apparaît au Moyen Âge avec les châteaux forts munis de pont-levis et de poternes intégrée aux murailles, auparavant était utilisé le terme « issue ».

Principalement barricadées, elles sont équipées de serrures qui ouvrent des deux côtés avec le développement de l’urbanisation au XV siècle.

La porte préservant l’intimité d’une chambre apparaît au XVII siècle sous Louis XIV.

Les besoins de surveillance de l’entrée ont créé les métiers de guichetier ou portier ou concierge ou huissier (de palais) ou garde de la porte. Élément du cadre de vie, la porte maintenant s’équipe d’accessoires de fonction de surveillance automatique en domotique.

 

Vous y trouverez une selection dans notre boutique que nous vous invitons à visiter en haut de page ou ici

source Wikipedia